Contenu

Contenu

Centre de santé de l'Université Grenoble Alpes Centre de santé de l'Université Grenoble Alpes

Accueil > Dossiers > Le cannabis


Dossier thématique "Le cannabis"

Quels effets sur les comportements et la santé ?
Depuis de nombreuses années, on constate une augmentation importante de la consommation de cannabis chez les jeunes : l'expérimentation est passée de 20% en 1993 à 47 % en 2003 chez les garçons de 16 à 17 ans, les filles étaient 16% en 1993 contre 41 % en 2003. On observe aussi une multiplication par 3 de l'usage du cannabis dans l'année.

Des études récentes recueillies dans l'expertise collective de l'Inserm apportent des réponses et ouvrent des pistes de recherche sur différentes questions liées à cette consommation de cannabis.

La prise de cannabis favorise-t-elle ultérieurement la prise d'autres drogues (théorie de l'escalade) ?
Aucun résultat dans ces études ne confirme cette théorie, mais l'utilisation de cannabis a une action sur la rechute dans la consommation d'autres drogues pour des sujets déjà dépendants.

Le cannabis peut-il révéler une schizophrénie chez des sujets qui de toute façon aurait présenté ce trouble ou à l'inverse est-il susceptible de causer à lui seul des symptômes schizophréniques ?
Les résultats de plusieurs études montrent que la consommation de cannabis est un facteur causal dans la survenue de troubles schizophréniques. Le risque de schizophrénie est d'autant plus important que la consommation a débuté précocement (15 ans) et à des doses fréquentes.

Il y aurait aussi un lien entre la dépression et la cannabis.
En effet, contrairement aux idées reçues, la consommation de cannabis est rarement une automédication pour soigner des symptômes dépressifs. Le cannabis augmente le risque de dépression en particulier avec des idées suicidaires et de l'anhédonie.

Cette expertise remet en cause la banalisation du cannabis qui devient au regard du nombre de consommateurs un véritable problème de santé publique. Mais des questions se posent encore et font débat sur la vulnérabilité individuelle (toute personne exposée au cannabis ne présentera pas de schizophrénie) et sur les mécanismes biologiques en cause.

(Résumé de Synthèse et Recommandations Expertise Inserm cannabis 2001)



mise à jour le 13 octobre 2014