Contenu

Contenu

Centre de santé de l'Université Grenoble Alpes Centre de santé de l'Université Grenoble Alpes

Accueil > Dossiers > Le mal-être étudiant


Enquête "Le mal-être étudiant"

Les services de médecine préventive ont réalisé différentes enquêtes sur le mal être étudiant dans la région Rhône Alpes, à Grenoble, Chambéry, Valence, Lyon, St-Etienne entre 1994 et 1999.

L'objectif était d'évaluer les interactions entre la santé mentale (mal-être), les conditions d'enseignement et la réussite universitaire afin de mieux adapter les mesures favorisant l'équilibre des étudiants et leur réussite.

Voici les résultats de cette enquête.

Les études et la vie étudiante


L'enquête apporte un éclairage sur la manière dont les étudiants abordent et vivent les différentes étapes de leur cursus : l'accueil, l'orientation, les matières, les méthodes de travail, les enseignants et les enseignements. L'adaptation, l'intérêt pour les matières, l'auto-critique, l'impression de désorganisation, l'anxiété face aux examens... semblent varier selon les filières. La vie "hors les cours" est également un élément pris en compte dans l'analyse.
 
Puce d'illustration indiquant un lien hypertexte En savoir plus

La santé

L'enquête démontre que les étudiants vont plutôt bien ; 4/5 d'entre eux disent se porter bien et à âge égal ils vont mieux que ceux qui ne sont pas à l'université.

Néanmoins, certains montrent des signes de "mal-être", notamment à l'approche des examens et dans ce que révèle la prise de médicaments dans un objectif de "performance universitaire" : 50% d'entre eux disent en avoir eu recours.
 
Puce d'illustration indiquant un lien hypertexte En savoir plus

En conclusion


Le mal-être, l'équilibre et la santé mentale d'un individu dépendent de nombreux facteurs : histoire personnelle, environnement relationnel et affectif, contexte social.
Une majorité d'étudiants s'adapte à plus ou moins long terme. Dans l'ensemble, les étudiants vont bien, c'est-à-dire qu'ils sont en bonne santé, ont le moral, ont des amis, des relations sociales et réussissent leurs examens.

Mais 1/5 des étudiants dit ne pas se sentir bien et parmi eux une petite partie (5%) va mal, et a déjà fait une tentative de suicide et pense toujours à mourir.
Le mal-être des étudiants vient le plus souvent du changement de méthode de travail, de leurs difficultés à savoir quoi apprendre, de comprendre l'attente des professeurs, cela étant renforcé par le fait qu'ils travaillent la plupart du temps seuls.

Cela entraîne chez bon nombre de ces étudiants une perte de confiance en eux-mêmes, une dévalorisation. Ces étudiants ont nettement plus d'échecs aux examens. Il est probable qu'une partie de ceux qui vivent ces situations en vienne à se désintéresser des études, ils abandonnent ou acceptent le redoublement comme une fatalité.
Il ressort des résultats qu'il y a une forte relation entre les difficultés psychologiques, l'enseignement (organisation, pédagogie, travail personnel ...) et la réussite.

L'université et l'enseignement ne sont pas les seules, ni les principales causes de difficultés psychologiques. Par contre l'atténuation ou la suppression de la part de mal-être qu'ils engendrent peuvent être à la portée de l'évolution de l'institution et de ses pratiques.


Être en forme et bien dans sa tête


Au Centre de Santé, les étudiants peuvent bénéficier gratuitement de consultations avec des médecins, des psychologues et des diététiciens. Des ateliers de groupes sont également régulièrement organisés.
 
Puce d'illustration indiquant un lien hypertexteEn savoir plus

mise à jour le 10 août 2010